Le témoignage de Claude

Je m'appelle Claude (au féminin) j'ai 46 ans et je suis née sous X. Je fais partie des rares chanceux à avoir retrouvé leur mère biologique. Si je témoigne aujourd'hui, c'est parce que je l'ai cherchée de nombreuses années et que je peux maintenant parler de "l’avant" et "l’après".

 

J'ai été adoptée à l'âge de 3 mois par une famille très aimante qui m'a accueillie les bras ouverts. J'ai passé une enfance heureuse jusqu'à 16 ans où tout a basculé car j'ai perdu mon père dans des conditions dramatiques : suicide. J'ai été très traumatisée et je pense que cette blessure m'a conduite aussi à vouloir entreprendre des recherches. Aussi parce que mon père, très dépressif quelques mois avant sa disparition, m'avait laissé une lettre dans laquelle il mentionnait le nom et le prénom de ma mère biologique ainsi que ceux de ses frères et de leur entreprise.

 

Comment s'était-il procuré ces informations?... Je n'en sais toujours rien aujourd'hui.

 

Après coup, il s'est empressé de détruire cette lettre et de me faire promettre de ne rien dire à ma mère. C'était trop tard, j'avais tout lu et bien sur mémorisé.

 

Un malheur pour un bonheur... cette lettre fut ma chance.

 

C'est seulement 10 ans plus tard, lorsque j'ai rencontré mon mari, que je lui ai parlé de tout cela et surtout lorsque j'ai accouché de ma fille, que j'ai éprouvé le besoin de partir à la recherche de ma mère biologique.

 

Curieusement, je n'étais pas prête à utiliser les informations que mon père m'avait laissées... je pense que cela me semblait trop direct, j'avais certainement peur... J’ai donc décidé de tenter de la retrouver par les voies officielles. A commencé là, le long chemin de déception en déception :

- Impossibilité d’obtenir la copie intégrale de mon acte de naissance alors que je m’étais rendue sur place (à 1000 km de chez moi !). C’était surréaliste, il était sous mon nez à l’envers, et une femme est venue interdire au jeune employé de me le montrer ! J’avais juste envie de la tuer !!

- inscription au CNAOP pour m’entendre dire finalement que si ma mère biologique avait accouché sous X et qu’elle ne manifestait pas l’envie de me retrouver, il ne fallait pas insister. C’est là que j’ai compris qu’ils protégeaient les mères et non les enfants…

- on m’a quand même très gentiment donné mon dossier à l’oeuvre d’adoption par laquelle mes parents adoptifs étaient passés et que j’ai retrouvée, mais évidemment aucune pièce me permettant d’identifier ma mère.

 

Tout cela a duré environ 10 ans pour n’aboutir à rien.

 

Mais là, j’étais mure pour me servir des informations que mon père m’avait transmises…

 

C’est donc ma meilleure amie qui s’est chargée d’inventer une histoire qui consistait à vouloir retrouver ses soi-disant copines d’école…

 

En appelant donc un des noms que l’on m’avait laissé, elle est tombé sur une personne de la famille qui lui donné le numéro de téléphone de ma mère sans aucun problème !

 

Elle l’a appelé… Mon amie m’a raconté qu’elle a été évidemment choquée …

 

Passée la surprise, elles ont parlé pendant 30mn de moi, d’elle. En gros, prendre de ses nouvelles et donner des miennes et surtout dire dans quel état d’esprit je voulais la retrouver, à savoir connaître mes origines et ne pas la déranger dans sa vie.

 

4 mois se sont écoulés après ce contact, et j’ai voulu lui écrire une lettre.. N’ayant pas son adresse, j’ai demandé à mon amie de l’appeler pour me la transmettre. Et là, elle lui a demandé de la laisser tranquille, de ne pas la harceler, et qu’elle ne voulait plus entendre parler de tout cela .

 

2ème abandon. Ce fut très dur pour moi.

 

Le temps a passé et puis un matin, 4 ans après, je me suis levée et j’étais arrivée au bout de ma patience. J’avais décidé de la retrouver coûte que coûte. J’étais extrêmement déterminée.

 

Je lui donc envoyé un sms. Pas de réponse. 15 jours plus tard, j’ai renvoyé un 2ème sms, et là, le lendemain matin, j’ai reçu un appel. C’était elle… elle était prête.

 

Depuis ce jour, les choses ont été très rapides et très simples. Nous avons décidé de nous voir la semaine suivante, et j’ai pris le train…Nos retrouvailles ont eu lieu dans une gare. Un moment hors du temps… on a rien pu dire pendant un quart d’heure, on se tenait la main sans se regarder… nous étions bouleversées…

 

Depuis, nous avons une très belle relation, cachée, car elle n’a rien dit à ses filles ni à personne autour d’elle. De mon côté, ma fille et mon mari sont au courant mais pas ma mère adoptive que je ne veux pas blesser.

 

Nous nous appelons régulièrement et nous voyons peu, mais sommes très heureuses de nous être retrouvées.

 

Je voudrais dire combien ces retrouvailles m’ont apaisées, combien le fait de voir le ventre qui m’a porté m’a calmée, combien le fait de voir à qui je ressemblais m’a rendue heureuse. Et puis, de connaître mon histoire, que je sache d’où je viens, qu’elle me raconte tout depuis le début… et mon père biologique dont je ne savais rien, elle m’a même dit son nom.

 

Depuis, j’ai la sensation d’avoir quelque chose de stable sous les pieds, d’être équilibrée et apaisée. Avant, j’avais toujours l’impression d’être au-dessus duvide, de m’excuser d’être sur terre, et surtout de ne pas pouvoir avancer… comme tirée vers l’arrière.

 

Je suis donc certaine de pouvoir dire que tout être humain DOIT savoir d’où il vient, car il est extrêmement difficile voire impossible de vivre sans connaître ses racines, ses origines. Nous sommes réduits à être des êtres humains non identifiés, non identifiables et c’est inadmissible.

 

Les adultes, pour quelque raison que ce soit, ne doivent pas user de leur pouvoir sur un nouveau-né et décider qu’il ne saura jamais de qui il est né. Car ce bébé va grandir et puis souffrir de cet énormité qui est de ne pas savoir qui l’a mis au monde. C’est terrible, et terriblement injuste. Nous nous sentons condamnés.

 

Evidemment quelqu’un qui voit ses parents biologiques tous les jours depuis sa plus tendre enfance ne peut pas comprendre cela. C’est tellement monstrueux !

 

Alors oui, il est temps de penser aux enfants et de cesser de protéger uniquement les mères qui ont leur propre souffrance certes, mais qui doivent penser aussi à celle de celui qu’elles abandonnent. Sinon, c’est un acte d’un égoïsme absolu.

 

Il faut que l’enfant puisse à un moment donné de sa vie, s’il ne peut plus vivre correctement, pouvoir retrouver la trace de sa mère. Et pour cela, elle doit laisser des informations la concernant à la naissance de l’enfant, tout en l’abandonnant puisque c’est son choix.

 

Cela devrait faire partie des droits de l’homme, il me semble, que de savoir d’où l’on vient et de qui l’on est né.

 

Alors oui, je suis en colère !

 

C’est pour cela que je témoigne sur ce site, qui m’a beaucoup aidé dans les moments difficiles soit dit en passant.. En espérant apporter ma pierre à l’édifice et en souhaitant du fond du coeur à tous ceux et celles qui cherchent, beaucoup de courage, de ténacité, d’opiniâtreté et de patience… et aussi de la chance.

 

Claude

Le témoignage de Sandra

Née sous X à Paris VII, avec mes noms et prénoms factices, recueillie par une œuvre privée d’adoption, je souffre en silence depuis mon plus jeune âge de ne pas savoir d’où je viens, de vivre avec ce secret de famille si lourd. Pour ma part depuis 54 ans j’ai fait avec, en respectant ce secret, ma vie est faite, et ce n’est pas moi qu’il faut plaindre.

 

Aujourd’hui si je fais ce témoignage, je le fais d’abord pour ma plus jeune Fille, mes enfants et Petits Enfants, pour eux, pour qu’ils se préservent de ces durs moments passés avec une maladie sournoise et imprévisible et n’épargne pas les nés sous x, lorsque votre carnet de santé est plus que vide, je le sais ils continueront à se battre pour ouvrir ce secret si bien caché lorsque je ne serais plus là, mais le plus cruel dans cette histoire c’est que ma plus jeune Fille a été frappée par une maladie héréditaire très grave qui la paralyse, l’empêche de vivre une vie épanouie et sereine comme il est normal de le faire à cet âge ?

 

Lorsque la maladie frappe, il y a urgence de connaître les fameux antécédents familiaux.

La santé de ma Fille est en suspend, alors le passé que vous pensiez bien enfoui, même si on vous le rappelle tous les jours et qu’il est là, dans un coin de votre tête, et bien, il vous rattrape involontairement, la culpabilité vous envahie et il est urgent et vital de connaître sa carte génétique, actuellement je suis dans l’obscurité totale à me demander pourquoi je n’obtiens pas ces renseignements indispensables, mon dossier est tabou, dérange, je le sais, je le sens, d’autant plus blessée et trahie par cette maladie indomptable que supporte ma Fille, je me sens impuissante et désemparée devant cette situation si injuste à mes yeux, je pense à mes enfants, petits enfants, pourvu qu’ils soient épargnés, car ma Fille elle, supporte tant de souffrances au quotidien.

 

Auparavant j’ai pu moduler ce secret et faire avec, maintenant il ne m’est plus possible d’accepter ces secrets si dérangeants pour certains et si handicapants pour d’autres. Nos administrations n’ont pas de pitié pour nous les nés sous x, déjà on le sait bien, pas faciled’avoir accès à ses origines, c’est le parcours du combattant alors, lorsque la maladie frappe violemment la chaire de votre chaire, vous vous battez avec acharnement, sans relâche pour mettre fin à tant de secrets cachés qui font les malheurs de nos familles, à l’heure actuelle rien que le néant personne ne veut rien lâcher.

 

Il me manque une pièce à mon puzzle, le début de mon histoire m’échappe et je ne l’accepterais jamais, la maladie a frappé l’un des miens je me pose mille questions et si c’était à cause de moi alors il est de mon devoir d’apporter à ma Fille, à ma Petite Famille si chère à mon cœur, l’histoire que l’on ma volée.

 

 

 

 

 

Si Vous souhaitez témoigner vous aussi, de votre histoire et de vos recherches prenez contact avec Graciane, qui vous dira comment faire...

webmaster new new gif 14 gif

 

Fichier Parents

 

AFFAIRE ROZEN MONEREAU

MANIFESTE CONTRE L'ACCOUCHEMENT SOUS X